Choisir une marque

Avis clients

Note générale : 5/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Donner votre avis
Lire les avis

Nous trouver

  • Institut TARA Beauté
    64 avenue de Paris
    79260 La Crèche
    Boite postale : 79260
    Tél : 05 49 04 11 22
    Nous contacter par E-mail

Plan d'accès

Paiement sécurisé

    Vous êtes ici : Accueil /

  1. LE BLOG D'ANNE-SOPHIE
  2. /
  3. CNAIB SPA NATIONALE
Partagez sur Envoyer cette page à un ami

CNAIB SPA NATIONALE

Qui sommes-nous ?
Quelles sont nos missions ?

Le plus grand réseau de professionnels des métiers de la beauté !

  • Instituts de beauté et de bien-être
  • Esthétique à domicile,
  • Spas,
  • Centres de formation,
  • Ecoles,
  • Fournisseurs

Nous représentons plus de 65000 entreprises et 30000 salariés de notre Branche.

LA CNAIB SPA NATIONALE SIEGE :
* AU MINISTÈRE DU TRAVAIL.
* AU MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE.
* AU MINISTÈRE DE L’ÉCOLOGIE ET DE L’ARTISANAT.
* AUTRES MINISTÈRES.
* AU CONSEIL ÉCONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL : CESE.
* AU NIVEAU EUROPÉEN.


 

Cnaib79   Le syndicat de la coiffure en est la preuve !

"Unissons nos efforts, pour être plus fort/es, afin de donner le meilleur de nous-même..."
Rejoignez notre confédération de l'esthétique, pour moins de 15€ par mois en ayant maints avantages :
* Assurance de vos membres inférieurs et, supérieurs, que vous soyez en activité ou sur vos skis...
A noter : vos salarié/es peuvent également être couverts pour 4.25€ annuellement.
* Economisez sur votre facture contrôle électrique => réduction non négligeable.
* Réduisez votre facture SACEM de 20%.
* Obtenez des réductions des fournisseurs partenaires de la CNAIB nationale...
* Conseils social / juridique...
* Gratuité de 2 mois d'assurance MAAF.
* Adhésion au service de médiation CM2C...
* Etc...
Faites votre calcul, tous ces avantages vous paient largement votre adhésion et, vous remboursent vos 15€ mensuels - ne serait-ce que par la diminution de votre facture contrôle électrique...
Alors, rejoignez notre groupe en Deux-Sèvres, nous sommes dynamiques, solidaires, engagées, actives et, nous véhiculons les mêmes valeurs, celles de notre activité de l'ESTHETIQUE et, nous considérons que nous sommes ESSENTIELLES !
Anne-Sophie
Présidente CNAIB SPA 79

Publié le 04/05/2021 à 06:25 | Mis à jour le 04/05/2021 à 10:17

Réunies pour dire l’injustice qu’elles ressentent face aux mesures sanitaires, les esthéticiennes des Deux-Sèvres se réjouissent tout de même de pouvoir rouvrir le 19 mai 2021.

Jugés non-essentiels à l’inverse des coiffeurs, les métiers de l’esthétique sont de mauvais poil en Deux-Sèvres. Bilan du Covid : 18 semaines sans travail.

Lorsqu’ils rouvriront, le 19 mai 2021 – à condition que le taux d’incidence du Covid le veuille bien – les 114 instituts de beauté des Deux-Sèvres auront éprouvé dix-huit semaines de fermeture depuis le début de la pandémie, au printemps 2020.

Alors qu’ils ont déjà perdu quatre mois dans leur saisonnalité phare des cures, en 2021, alors qu’ils craignent aussi l’évasion de clientes qui ont compensé ces fermetures par l’achat d’appareils épilatoires notamment, les professionnels de l’esthétique en Deux-Sèvres s’estiment relégués au 36e dessous de la politique sanitaire s’agissant de la pandémie.
Et pourtant un gros besoin de bien-être…Moralement et physiquement, ils disent avoir payé le prix fort.

« Nous ne comprenons toujours pas d’avoir reçu un autre traitement que nos confrères de la coiffure, jugés essentiels. Ce n’est pas équitable, nos métiers sont si complémentaires »déplore Anne-Sophie Bernuchon, qui tient un institut de beauté à La Crèche et qui s’exprime là en porte-parole de la profession, en tant que présidente de la Confédération nationale artisanale des instituts de beauté et spa (Cnaib) en Deux-Sèvres, avec un mandat national dans cette confédération, étant également vice-présidente de la Confédération nationale de l’artisanat des métiers de service et de fabrication (Cnams) des Deux-Sèvres.

Si la perspective de réouverture du 19 mai 2021 redonne le sourire (sauf aux spas qui devront encore patienter), il n’empêche que la profession qui estime « manquer de visibilité dans les médias » argue également que la politique sanitaire a nié la clientèle.

« Nos clientes, souvent bien plus que cela, nos amies, n’ont pas compris non plus pourquoi elles pouvaient aller chez le coiffeur et pas chez l’esthéticienne »enchaîne Anne-Sophie Bernuchon.

Alycia Amiell-Sanglada, esthéticienne niortaise, abonde avec un solide argument : « C’est justement quand elles avaient besoin de davantage de bien-être que les clientes n’ont pas pu bénéficier de nos soins, surtout avec le télétravail et ses douleurs qui ont engendré un plus grand besoin de soins du corps, de cocooning, on l’a bien vu sur la demande quand on a pu rouvrir, notamment pendant les fêtes de Noël ».
Coiffeuses-esthéticiennes privées d’aidesMême si ces professionnels ont pu bénéficier de l’accompagnement du chômage partiel, en particulier pour des apprenties reléguées à leur formation théorique en virtuel, elles dressent un lourd bilan de la période.

« On a tout fait comme il le fallait, appliqué des mesures sanitaires strictes, sachant qu’on n’avait pas attendu la pandémie pour être très pointues de ce côté-là. En échange, aucune considération. J’ai calculé la perte de rentabilité pour appliquer toutes les mesures à la lettre, dans mon institut, j’ai perdu 2.000 € par semaine »calcule Anne-Sophie Bernuchon.

Si la perspective d’un pass sanitaire ou d’un test Covid récent avant de passer entre leurs mains leur laisse à penser que la clientèle sera sans doute rassurée, face à toutes celles et tous ceux qui hésiteraient par peur de contracter le virus, d’autres dans la profession ont vécu un vrai phénomène aggravant : dans les commerces où le salon de coiffure est couplé à l’institut de soins, les bons résultats de l’activité de coiffure ont eu un effet pernicieux si le commerce a été déclaré sous le régime de la coiffure.

« Pour prétendre aux aides, il fallait au moins 50 % de perte. Si notre activité d’esthéticienne a été gravement compromise, on n’a pas pu se faire aider en raison de notre chiffre sur la coiffure », explique Aude Delagrave, à la tête d’Aude B, installée route de Parthenay à la sortie de Niort.

De quoi s’arracher les cheveux, en effet.

 

Cnaib79       ESTHETIQUE : CRISE SANITAIRE & ECONOMIQUE !

=> Communiqué de Presse
Une vingtaine d'esthéticiennes se réunissent vendredi matin 30 avril à la Maison des Artisans de Niort.
Chiffres clés en Deux-Sèvres :
• 197 Instituts en Deux-Sèvres dont une soixantaine d’esthéticiennes à domicile.
• 354 Salarié/es en incluant les apprenti/es.
« Nous en sommes au troisième confinement » :
• Du 16 Mars 2020 au 10 Mai 2020 inclus, soit 8 semaines
• Du 29 Octobre 2020 au 27 Novembre 2020 inclus, soit 4 semaines
• Du 3 Avril 2021 au 17 Mai 2021, soit plus de 6 semaines
Nous totaliserons donc, si toutefois le gouvernement nous autorise à reprendre, 18 semaines non travaillées depuis le début de la pandémie. Nos rideaux sont baissés depuis le 3 Avril dernier. Les esthéticiens/nes en institut ou à domicile ainsi que les clients ne comprennent pas cette fermeture.
INÉQUITÉ DE TRAITEMENT
En effet, celle-ci n’est pas équitable par rapport aux coiffeurs. La coiffure et l’esthétique sont des métiers quasi similaires, il n’y a pas plus de risques de contamination dans un salon de coiffure que dans un institut de beauté. Nous sommes essentiellement complémentaires !
Nous déplorons le manque de visibilité du métier dans les médias.
MÉCONNAISSANCE DU MÉTIER :
Notre métier évolue sans cesse vers de nouvelles technologies de pointes, ce qui nous rend plus polyvalente. En France, le secteur du bien-être est considéré comme un secteur porteur malgré le contexte économique actuel.
Nous sommes diplômées soit d’un CAP, d’un BP, d’un BAC PRO, d’un BM esthétique ou autre. Ce métier mêlant connaissance et pratique est parfaitement adapté à une formation en contrat d’apprentissage.
Nous espérons une réouverture prochaine. Nous sommes toutes et tous prêts à rouvrir avec la mise en place d’un protocole sanitaire strict.
LE FLOU DE LA REOUVERTURE :
Il ne nous est pas possible de nous projeter sur la réouverture de nos instituts. Nous savons pertinemment qu’une réouverture le 3 Mai prochain n’est pas envisageable, mais pouvons-nous espérer rouvrir à la Mi-Mai ?
De plus, nous ne savons pas si la réouverture s’effectuera par territoire ou au niveau national ?
Il va sans dire que nous ne pourrons pas rattraper notre saisonnalité qui, en règle générale commence à la mi-mars avec des cures d’amincissement par exemple.
Nous voulons juste reprendre notre travail, notre passion.
Nous sommes Essentiels/les, Solidaires & Combatifs/ves ! »
Contacts
Secrétariat CNAMS : Valentine Souverain
41 Rue Henri Sellier 79000 NIORT
Tél. : 05 49 24 98 29
Présidente de la CNAIB SPA 79 :
Anne-Sophie Bernuchon
Tél. 06 40 71 05 10